Fondements scientifiques de la trame verte et bleue

Concept des méta-populations émis par Richard Levins en 1969, modèles des "source-puits"  issus de la théorie de la biogéographie insulaire proposée par Mac Arthur en 1967.

Suite à différentes expériences, il a été mis en évidence que les populations accomplissent leurs cycles de vie sur des habitats de qualité variable, répartis sur une matrice plus ou moins utilisable par les populations. L'ensemble des populations d'une même espèce constitue une métapopulation, dont les chances de survie sont favorisées par les capacités de dispersion des différentes populations, d'un habitat à un autre.

Principe transposé dans le cadre des mesures de gestion et de conservation de la biodoversité décrits dans la loi "Grenelle2"

Une population pour se maintenir doit se situer au delà d'un effectif minimal lui assurant un brassage génétique suffisant, et doit disposer d'un territoire assez grand et diversifié pour lui permettre de réaliser la totalité de son cycle de vie (nutrition, gîte, reproduction). Du fait de la fragementation des espaces naturels, les populations se trouvent réparties dans des zones (les réservoirs de biodiversité), plus ou moins éloignés. 

La trame verte et bleu consiste à conserver ou à rétablir entre les réservoirs de biodiversité des espaces de continuité  ou de proximité (les corridors écologiques) propices à la circulation des espèces et au fonctionnement des milieux naturels. 

C'est un outil d'aménagement qui s'articule et se décline aux différents niveau de gestion : national, régional, local.

L'approche Synapse

Synapse a développé avec le concours des entités en charge de l'application de la TVB  une méthodologie cartographique solidement fondée sur l'écologie scientifique d'une part, et connectée avec l'ensemble des acteurs locaux d'autre part pour intégrer de façon partagée les enjeux écologiques du territoire.

Des propositions seront faites pour la définition des réservoirs de biodiversité et les corridors, et seront enrichies des échanges avec l'ensemble des parties prenantes.


Remarque : graphiques issus du centre de ressource de la trame verte et bleue.


Y ALLER

  

Déclinaison de la TVB aux différents niveaux de décision

Niveau national : définition d'enjeux nationaux et transfrontaliers relatifs à la préservation et à la remise en bon état des continuités écologiques, et des critères de cohérence des schémas régionaux.

Niveau du bassin hydrographique : intégration de la continuité écologique "aquatique" définie dans le SDAGE, et dans ses déclinaisons locales les SAGE.

Niveau Régional : élaboration pilotée par l'Etat et la Région d'un schéma régional de cohérence écologique, fixant la cartographie de la TVB, pour articuler la protection de la biodiversité et l'aménagement du territoire sur les projets de compétence partagés entre Etat et Région.

Niveau intercommunal et communal (SCOT, chartes de PNR/PN, PLU) : cartographie de la TVB sur les documents "ad hoc", transposition dans la réglementation du droit des sols.